Inscrivez-vous pour recevoir mes articles
Portrait, articles, reportages Récents

« Pas différent de toi, différent comme toi »

Liliya Reshetnyak,

« Pas différent de toi, différent comme toi »

LIiliya est NEURO-ATYPIQUE. Elle appartient à la grande famille des personnes autistes, un terme qui n'est pas assez précis car son spectre est immense, Elle m’accueille avec une douceur extrême, pour m’envelopper dans son regard saphir

Elle maîtrise juste l’ukrainien, le russe, l’anglais, le français et pratiquement l’italien et l’allemand ! Il me faut des exemples dans sa vie pour ressentir sa manière atypique de fonctionner, mais au fait, par rapport à quoi ? À quelle norme ?

Dans une société où l’on parle d’inclusion à tout propos ne pourrait-on pas inverser la manière de présenter ces personnes rares, différentes, voire « exceptionnelles ? »

Quand il est de bon ton de chercher à s’épanouir, se définir, agir pour trouver son sens et sa singularité, l’autiste, lui, est différent, sans arriver vraiment à cacher sa différence, qui est souvent quasiment invisible.

Si nous, les "neurotypiques", prenions le temps de comprendre ?

Nous réveiller, c’est l'action de Liliya, fondatrice et incarnation d’HIPIP IN

qui fait le pont entre le monde du travail et les personnes au profil neuro-atypique (personnes autistes, HPI, hypersensibles, TDA/H, DYS…).

D’emblée, et par provocation, je le dirais bien différemment :

Faire bénéficier au monde du travail des qualités exceptionnelles des neuro-atypiques !

La médecine, qui "gère" aujourd'hui le sujet de l'autisme, enferme les personnes autistes dans la grande famille des troubles et des handicaps…sans s'ouvrir à l'idée que dans le fonctionnement des personnes autistes il y a quelque chose de naturel, que nous mériterions tous d'approfondir.

LIiliya précise qu'elle a passé beaucoup de temps à comprendre ce qui lui arrivait. Elle s’est très vite et profondément questionnée, et s’intéresse aujourd’hui aux méthodes de développement personnel. Elle se passionne donc pour la psychologie, la spiritualité, les neurosciences. Maintenant, elle cherche une application pratique qui servirait au plus grand nombre.

Aujourd’hui, s'adapter au fonctionnement de la société lui demande encore beaucoup d'efforts. Quand elle échange en groupe de travail, « c’est souvent compliqué ; je dois travailler le discernement, car mon hypersensibilité me permet de ressentir, y compris physiquement, les vraies intentions, les peurs, les mensonges. » Si elle a souvent une longueur d’avance, ses interventions ne répondent pas toujours aux besoins perçus. À l’inverse, elles sont souvent réfutées par ses interlocuteurs qui ne sont pas mûres.

Liliya allie l’intuition et la perception en croisant les niveaux instinctifs, émotionnels et intellectuels, quand nous, pauvres neurotypiques, restons sur l’interprétation en pensant trouver nos ancrages !

Ce qui la pénalise : son impatience vis à vis de ce qui ne l’intéresse pas. S’il n’y a pas de sens, elle ne mettra en marche ni sa capacité intellectuelle, ni sa détermination à creuser un sujet.

Drôle, ou intéressant, pour nous neurotypiques, véritables hamsters dans nos vies au travail, qui nous réveillons de temps en temps pour chercher du sens !

Aujourd'hui Liliya a compris que son problème n’est pas ce qu’elle est.

Les difficultés surviennent quand la rencontre avec la société se fait. Pour elle, tout doit avoir du sens, un maximum de choses doivent être organisées, prévues et inchangées, faute de quoi le stress et la fatigue la guettent.

Dans ses conférences, à l’heure où l’on prône l’inclusion dans tous les cercles et salons intelligents, LILIYA sensibilise aux enjeux d’accueillir ces potentiels à tous les degrés et à tous les niveaux de la société. Un de ses axes principaux est de démontrer que neuro-atypiques sont les pionniers d'un retour au naturel, d'un fonctionnement plus proche de qui nous sommes, tous. S’il est facile de relever les différences, il est primordial de reconnaitre nos similitudes.

Convaincue de l’obligation d’accompagner en amont les entreprises, LILIYA lance HIPHIP IN pour préparer le terrain, autant pour les collaborateurs que les futurs entrants.

Mais combien de temps va-t-il encore falloir pour changer nos regards ? Pour passer de la condescendance à une vraie acceptation de la diversité ? N’est-il pas dommage de se priver de personnes riches, hyper motivées, dotées d’une mémoire généralement supérieure… pour quelques différences ? Encore une fois, faut-il attendre d’être touché directement ou indirectement par l’autisme pour faire bouger la société ?

Vous qui recherchez talents et potentiels, encouragez le coming out du handicap invisible !

HP (ou « high potential »), c’est aussi le qualificatif prometteur utilisé pour désigner les jeunes cadres choyés sur qui l’on mise dans les grosses boîtes...

Si personne n’a tort et tout le monde a sa raison, à l’heure ou l’IA se profile et nous questionne sur la place de l’humain, nous avons sûrement une carte à jouer en nous reliant à des mondes « autres ».

LILIYA RESHETNYAK croit en la bienveillance sociétale et surtout en la jeune génération, pour que l’inclusion de gens « différents » ne soit plus considérée comme une contrainte mais plutôt comme un atout porteur de sens !

Un de ses rêves : participer à la création d’une fondation qui proposerait des méthodes qui marchent vraiment pour faciliter la vie des personnes "différentes"…

ET VOUS quel est votre RÊVE ?

By Sandra Blanc Mesnel,

Dreamaker pour Liliya Reshetnyak-HIPIPIN www.hipipin.com

www.agencedesreves.com

Web conference en duo le 27 février à 13 H-réserver ici