Comment garder la patate pour soi et ses équipes ?






« Continue de distiller ton enthousiasme avec l’Agence des RÊVES, ça nous aide, ça nous fait sourire, ça nous donne la pêche…Continue de parler de rêve, de sens, et d’authenticité, on a besoin de ça pour nos équipes. » Les mots de mon ami, Luc, entrepreneur aux manettes d’un projet technologique a embarqué avec lui 15 personnes depuis 4 ans, et réalisé deux levées de fonds. Quand je lui demande comment ça va ? sa réponse est tranchante : Développer ou se faire absorber, je n’ai pas le choix. Il a connu des hauts et des bas, de l’émergence de l’idée à la construction et l’adaptation du concept à l’industrie et à sa commercialisation. L’excitation de l’innovation a été rattrapée plusieurs fois par la peur de manquer de cash. Mais Luc a un enthousiasme chevillé au corps et s’accroche avec intelligence et recul sur ses prises de risque. Il trace son chemin. Nos retrouvailles m’ont donné l’élan pour s'échanger nos Tips pour entretenir sa flamme. Car si rien n’est simple, l’important est de se réaliser et de passer les chemins tortueux.


C’est quoi d’abord l’enthousiasme ?

Dans l’antiquité, la définition littéraire de l’enthousiasme était un délire sacré, une inspiration divine ou extraordinaire. Chez les grecs, enthousiasmos signifiait transport divin. Aujourd’hui, on le définit comme une émotion vive qui s’empare de quelqu’un à propos de quelqu’un ou de quelque chose et qui se manifeste par des signes extérieurs d’admiration, de contentement, d’exaltation.

L'enthousiasme est intrinsèque


On l'a en soi, issue de notre ADN, notre personnalité, et via l’éducation de l’entourage qui nous a généralement élevé en espérant le bonheur de la plus belle vie... La cultiver chaque jour, c’est croire en soi, en ses possibilités pour agir, apprendre, créer. A suivre : l’optimisme d’EMERSONNothing great was ever achieved without enthusiasm.”

L'enthousiasme est aussi extrinsèque

Elle nous vient des autres, de ceux qui nous transportent par leur amour, leur amitié, leurs envies de partage. J’aime ces mots de PAUL ELUARD « Il n'y a pas d'enthousiasme sans sagesse, ni de sagesse sans générosité ».


En ce moment, j'espère que vous vous alimentez de l’énergie transmise par THOMAS PESQUET via ses post @thom_astro. Poétiques, techniques ou humoristiques, chaque image et texte quotidien de la station ISS ou de la Terre est un cadeau ! Merci Thomas, votre exemple est stimulant : Thomas a rêvé comme beaucoup d’enfants de devenir astrologue. Il a su grandir et le devenir en gardant son enthousiasme alors que celui-ci s’étiole souvent avec l’âge…

Proche de l’audace, je traduis l’enthousiasme avec simplicité : Rendre un sourire dans la rue, Mieux, le provoquer. Continuer de s’extasier tout le temps. S’emballer comme un enfant. Tenir quoi qu’il arrive. Elle est une force mentale énorme.


Pour garder son enthousiasme : se protéger

Je trouve essentiel de mettre des filtres pour repousser les puissances négatives, qui nous attaquent chaque jour. La peur du monde actuelle, les incertitudes racontées et amplifiées par les médias, par nos dirigeants, tenus par les principes de précaution, enfin par notre entourage qui alimentent les défiances par peur pour nous, par peur pour eux-mêmes. Cela a toujours été. MAUPASSANT l’entrevoyait avec des freins : « L'enthousiasme en France est un danger public et permanent. C'est lui qui nous jette à toutes les sottises », ou MONTHERLANT « Je n'ai jamais vu d'enthousiasme que pour des causes bêtes ».


Mais avons-nous un autre choix que de prendre notre responsabilité d’avancer et de tenir droit ? Autour de nous, de nos enfants, nos proches, nos collègues, l’enthousiasme nourrit des rêves de liberté. Involontairement parfois, nous freinons un projet qui nous fait peur en miroir. Une idée qui génère peut-être un risque financier, que nous n’imaginons pas pour eux, alors qu’il n’est pas non plus pour nous… La lucidité ne consisterait-elle pas à ne pas priver l’autre de liberté ? Au contraire d’encourager les envies et les rêves et laisser voir grand ! Pour finir, un exemple d'enthousiasme durable qui m'est familier :

En 1987, nous décidons avec mon mari Éric Blanc et mon frère Franck Mesnel, joueurs de rugby de raconter leur histoire sportive et leurs valeurs en créant Eden Park. Leurs palmarès de joueurs internationaux et leur envolée avec le Racing Club de France pour en devenir champion nous donnent la légitimité de créer une ligne de vêtements à partir de maillot de Rugby. Ce produit est rare dans les vestiaires masculins de l’époque. Il est porté par les étudiants et les sportifs des pays anglophones de leurs compétitions et tournées entre les Us, le Canada, l’Australie, la Nouvelle Zélande ou l’Afrique du Sud. Là sera, notre inspiration divine ou extraordinaire(?!) pour importer le produit en France. Nous nous lançons avec une passion sans borne, convaincus que nous apportons un truc nouveau, de la fantaisie et du chic avec des produits pour l’après-sport ! c’était l’enthousiasme de l’innocence !

Et pourtant, cet enthousiasme aurait pu être cassé :

Parce que nous avions des parcours lointains de l’industrie textile, parce que nous racontions une histoire outsiders qui réussissaient, parce que nous étions plus souvent dans les stades que dans les endroits branchés de la mode, parce que nous avons choisi un logo rose, dont la couleur n'était pas dans la "norme". Puis parce que nous avons osé décliner ce rose sur nos chemises, nos polos, nos Tee shirts, parce que nous avons pris le risque de mixer famille et business, parce que nous avons refusé les implantations dans des magasins de sport, convaincus que notre niche était le « vestiaire d’après match », donc le prêt à porter haut de gamme. Parce que nous étions différents des autres, nous avons même été cités en « jeune entreprise » (ancêtre de la start-up) qui allait s’enfoncer, lors d’un rassemblement de partenaires sponsors de leur équipe de rugby parisienne ! Notre premier expert-comptable, un homme admirable, ne donnait pas cher non plus de notre peau après 2 exercices.

Parce que nous étions libres et ne suivions pas les règles établies,

nous avons été innovants et créatifs.

Comme en sport les difficultés nous ont boosté, 100 abdo étaient attendus, nous en faisions 150... Nous avons puisé nos forces dans nos différences, puis la grinta, la vista, l’huile de coude, l’humilité, la solidarité nous ont permis de faire naître une première boutique à Paris, puis deux puis 20, puis un réseau de franchises tenus par d’autres joueurs de rugby pour démultiplier l’histoire. Très peu croyaient en notre lancement, notre enthousiasme a fini par les convaincre. 4 ans plus tard, en 1991, juste avant la coupe du monde de rugby auquel mon frère participait, PEUGEOT nous choisit pour produire une série limitée la 306, nous imposons un appui-tête en forme de ballon de rugby ! Suivront la 806 et une RANGE ROVER. EDEN PARK a été adoptée pour son état d’esprit, ses valeurs, son histoire, la qualité de ses produits. Coup de booster énorme à l’époque pour notre légitimité auprès de nos partenaires, banquiers, fournisseurs internationaux, et nos clients ! Nous avons eu du succès et il ne fallait pas se laisser griser et garder notre authenticité... c’était l’enthousiasme raisonné.

Jamais nous n’avons perdu la confiance, ni la détermination, jamais nous n’avons suivi les défaitistes, les dédaigneux. Nous motivions nos équipiers avec notre enthousiasme naturel pour maintenir l'engagement et la performance.

Surement portés par un délire sacré ou une inspiration extraordinaire, nous avons toujours cru en nous ! J’ai adoré construire avec nos collaborateurs et pour nos clients avec une frénésie passionnée pour développer. 30 ans plus tard la marque caracole dans 34 pays, elle continue de faire rêver.

Dire OUI et GO tous les jours !

Et si nous reprenions notre job avec la patate pour participer à l'amélioration du contexte de cette rentrée ? Et si nous changions un truc pour oser suivre nos envies d’autre chose ? Et si on supportait un proche dans ses hésitations sur sa voie ? Et si nous encouragions nos jeunes qui sacrifient leur été pour décrocher un diplôme qu’ils croient inatteignable ? Et si nous nous inspirions de la force des histoires des JO, notamment des paralympiques de leur courage, leur ténacité à la poursuite de leurs rêves.... ? Et si nous aiguisions les talents de nos équipes et décidions de leur faire partager plus efficacement le cap de l’entreprise ? Et si nous appréciions les meneurs de projets avant de creuser la faille qui divise les « pour » et les « anti » ? Clin d’œil à Joséphine Baker pour son parcours, son exemplarité, son courage.

Si on regarde bien l'enthousiasme est partout. Saisissons la !


www.agencedesreves.com

sandra@agencedesreves.com

Agence des Rêves Dreamaker : Amélioration Performance 🏆 Management 🔝 et Bien-Vivre en entreprise. Constructions de solutions authentiques d'accompagnements d'équipes


Sujets de prédilection : #seminaires, ##performance, #conduiteduchangement et #intelligencecollective